10 septembre 2013

Effet de miroir (2)

Le hic, avec la Conche aux Roseaux, c'est que quand on y descend, il faut bien en remonter tôt ou tard. Mais y a toujours moyen de s'arrêter pour souffler un peu. Sous prétexte de faire une photo de criste marine, par exemple.




Ou de roseaux. Ben oui, si elle s'appelle la Conche aux Roseaux, c'est parce qu'il y en a.




Ensuite, nous voilâmes repartis.




Et, bientôt, nous arrivâmes z'en vue du phare.




Moui, je sais : pas très esthétique, ce filet vert, mais paraît qu'il y a des morceaux qui tombent. Comme dirait quelqu'un que je ne nommerai pas, « C'est local ».




Et là, je suggérai à mon co-baguenaudeur du jour de passer devant. Et l'escalier du phare de Vallières étant ce qu'il est, même pas le temps de monter trois marches qu'il avait disparu.




Au final, j'ai passé l'essentiel de l'ascension à essayer de le rattraper. En prenant quand-même quelques secondes de temps en temps pour souff... faire des zoulies photos.




Aussi, au début, je comptais les marches. Mais comme je parlais un peu en même temps, j'ai fatalement fini par perdre le fil — et le reprendre un peu à vue de nez. Ce qui fait qu'au final, ben j'ai dit : « Déjà ?! »




Ben oui, déjà !




(à suivre...)

Classé dans : Balades

Partager cette page :

Twitter Facebook

Écrire un commentaire