21 août 2013

Rencontres...

Je vous avais laissés à l'affût sous un saule pleureur (enfin, face à un saule pleureur, plutôt), attendant que ma copine du Parc du Logis veuille bien se montrer... Eh bien, elle s'est montrée. Elle est un tantisoit floue, mais je vous la mets quand-même.




Et après, elle a fait plouf et s'est est allée batifoler avec ses copains les canards.




Moi, je suis repassée devant la prairie fleurie pour m'aventurer dans l'un des coins que je préfère, dans ce parc...




Y a plein d'arbres, des petits canaux, et cette fontaine/lavoir que j'suis toujours pas allée demander à l'Office de Tourisme de quand elle datait.




Là, j'ai été sauvagement attaquée par un fauve énorme, qui faisait bien ses 30 centimètres au garrot — encore une qui n'a pas compris que je n'aime pas les chiens, rogntûdjû. Sa maman a bien essayé de la retenir, vu que la fauvette venait de faire plouf, elle aussi, et qu'elle ressemblait un peu à un croisement entre une since et... ben une since, mais sans trop de succès. Mais comme je lui ai dit, « Z'inquiétez pas, ça rafraîchit. »




Et, avant de reprendre nos routes respectives, nous avons conjointement déploré l'habitude énervante qu'ont certains individus de dégrader et salir tout ce qui leur tombe sous la main. Faut dire qu'on avait de quoi déplorer sous les yeux.




Après, j'ai rencontré un saule pleureur.




Et même plus d'un. Au moins, les saules pleureurs, même si ça ressemble à un balai à franges, c'est sage ; ça ne saute pas sur le premier passant venu.




Et comme je repassais juste à côté de la prairie fleurie...




(à suivre...)

Classé dans : Balades

Partager cette page :

Twitter Facebook

Écrire un commentaire